Dans ce bas monde, aucun individu n’est vraiment à l’abri des caprices de la Nature et du destin. Personne ne peut échapper réellement à des situations inattendues qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Le premier cas peut être très bénéfique, mais c’est plutôt le second point qui pose problème. Dans cette perspective, le mieux c’est de se préparer ou du moins opter pour la sécurité pour ne pas être pris de cours. Dans cet article, découvrez un petit focus sur l’assurance maladie en Suisse (LAMal) et tout ce qui tourne autour de ce sujet.

Qu’est-ce que c’est au fait ?

De manière générale et simple, ce système est une prévoyance sociale que pratiquement tout le monde a besoin dans sa vie. Que cela soit pour sa retraite, ses prochains projets ou bien pour des possibles et futurs malheurs inattendus, cet acte reste toujours important. Un des éléments clés de celui-ci s’occupe d’une partie de ces infortunes, l’assurance maladie Suisse dont le rôle est principalement de garantir la prise en charge des frais médicaux du concerné. En d’autres termes, cette branche de la sécurité sociale vise à protéger financièrement les bénéficiaires en cas de maternité, de maladie naturelle ou bien occasionnée par son travail, d’accidents professionnels, d’invalidités diverses et même de décès. C’est alors comme une sorte de fonds de garantie pour le domaine de la santé.

Qui peut donc en profiter ?

En ce moment, l’assurance maladie en Suisse prend en charge toute personne qui est affiliée à ce système de prévoyance sociale. Dans l’ensemble, la plupart des citoyens doivent être sous la protection de cette sécurité par un régime général ou bien spécial. Cela dépend seulement du secteur d’activité de l’individu ou de l’entreprise où il travaille. Mais dans tous les cas, les assurés se catégorisent en deux groupes bien distincts. Le premier concerne ceux qui sont protégés directement par la sécurité sociale grâce à ses contributions de cotisation. Le second, par contre, englobe les personnes dont ces derniers prennent en charge, qu’on appelle les « ayants droit », qui, quant à eux, n’ont entamé aucun apport, mais en profitent tout de même. Ces personnes sont constituées généralement par le conjoint, les enfants mineurs, l’ascendant, le descendant et le collatéral du principal bénéficiaire d’une assurance maladie de Suisse.

Comment ce régime fonctionne-t-il dans ce cas ?

La couverture médicale est financée en partie par l’État et le reste par les cotisations des protégés. Ainsi, elle comprend un forfait d’apport, généralement déduit directement des salaires des travailleurs, d’une part, et des charges des employeurs d’autre part. Ce système est régi par les critères et les modalités du concerné, c’est-à-dire, son âge, son sexe, son activité et encore d’autres. Ainsi, le montant à apporter dans sa caisse de sécurité, les détails de la protection en elle-même (sélection des médecins, des traitements et des modalités de remboursements par exemple) varient selon ces points et les choix du principal bénéficiaire. Dans cette perspective, faire une comparaison des primes des assurances maladies en Suisse est donc conseillée pour trouver celle qui nous correspond le plus.



Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot jrxelu ?

Fil RSS des commentaires de cet article