Pourquoi a-t-on peur du changement ?

Pourquoi a-t-on peur du changement ?

5 septembre 2019 0 Par Claude

Pourquoi a-t-on peur du changement ?

Les petits et les grands changements se succèdent dans notre monde moderne. D’ailleurs, la monotonie nous ennuie. Alors pourquoi notre peur du changement demeure-t-elle si omniprésente ?

la peur du changement provient d’une résistance

À l’origine, la peur du changement provient d’une résistance. L’être humain étant rassuré par les habitudes, le changement induit l’idée d’une nouveauté, mais aussi d’incertitudes, de risques et de stress. Le biais psychologique surnommé « aversion à la perte » et la peur du risque du cerveau reptilien de l’être humain concourent à entretenir cette résistance. Ainsi, trois réactions possibles se manifestent : la fuite intervient quand on reste malgré tout dans une situation désagréable, l’action quand on résiste au changement avec véhémence, tandis que la paralysie inhibe toute faculté de penser ou d’agir (lors de violences conjugales, par exemple).

L’estime de soi peut également y jouer, car plus elle est basse, plus l’individu se trouvera des excuses pour éviter le changement, le plus souvent sous forme de dévalorisation. Par ailleurs, la peur du changement suppose souvent des émotions négatives, alors que personne n’aime se sentir menacé, oppressé, dépassé ou frustré. Parfois, le changement peut même amener l’impression que ça n’arrive qu’à soi, qu’il n’y a pas le choix, ou que l’on perd tout ce qui a été construit auparavant. Le risque induit aussi la peur de se tromper, si le choix s’avère clair.

manières d’accompagner le changement

Heureusement, il existe des manières d’accompagner le changement de façon positive et encourageante. Si le processus d’acceptation comporte bien souvent une étape similaire au deuil, celle-ci ne dure pas longtemps. Il s’agit surtout de mesurer ce que l’on va laisser derrière soi, de comprendre pourquoi, de lâcher-prise. La perte devient un renouvellement, on remplace une situation par une autre, et tout autour beaucoup d’éléments restent inchangés. Le pas vers le changement sert à avancer, à éviter de stagner dans une situation désagréable ou non viable. L’évolution humaine entière passe par des milliers de ces pas chaque jour. Des changements ont forcément façonné ces dernières années. Ils nous ont apporté ce qui fait notre force d’aujourd’hui, ou bien montré quelles faiblesses nous enchaînent. Se remémorer les principaux peut redonner du courage et rassurer. Parce que si nous avons réussi, nous avons la capacité de recommencer. Reprendre les commandes du changement permet alors de se sortir des sentiments négatifs. Car si le changement sous-entend une part de risques, il suggère aussi de nouvelles opportunités à saisir, des alternatives. De temps à autres, il faut juste admettre que le changement, c’est d’abord essayer, et qu’un échec n’est pas définitif. Les erreurs permettent d’apprendre et d’avancer. Ainsi, chaque réussite au cœur du changement va en même temps renforcer l’estime de soi.

Le changement n’est donc pas toujours évident

Le changement n’est donc pas toujours évident à initier ou à choisir. Parfois, sa difficulté vient du fait que l’on ne s’est pas posé les bonnes questions. Qu’est-ce que je veux vraiment et pourquoi ? Qu’est-ce que je ne veux pas ou plus ? Quelles sont les possibilités d’action ? Quoi qu’il arrive, la réflexion qui accompagne le changement rassurera et permettra d’obtenir de meilleurs résultats.